Impôts, délinquance, sentiment d'abandon : un rapport confidentiel des préfets tire la sonnette d'alarme, soulignant l'exaspération grandissante des Français.

Faut-il craindre le pire dans les mois à venir ? C'est en tout cas l'exaspération grandissante des Français qui ressort de la dernière note confidentielle rédigée par le ministère de l'Intérieur à partir des rapports transmis par les préfets.Publiée le 27 septembre, cette note a été jugée suffisamment préoccupante pour être communiquée aux principaux dirigeants de la majorité, comme le révèle Le Nouvel Observateur.

Il en ressort un mécontentement croissant des Français, sur fond d'aigreurs accumulées. Le premier point du rapport souligne ainsi le "sentiment d'abandon" ressenti par le monde rural, qui s'inquiète du redécoupage cantonal. Selon les préfets, ce dernier fait l'objet de "débats enflammés dans les exécutifs locaux", où l'on redoute les "conséquences d'un tel redécoupage sur le maillage territorial des services publics et l'éligibilité à certaines subventions ou projets d'équipement".

"Matraquage fiscal" et délinquance

"L'hégémonie des métropoles", que le gouvernement serait en train d'organiser via la loi Lebranchu, est également de plus en plus pointée du doigt. Plus classique, le deuxième point abordé par le rapport concerne le ras-le-bol fiscal des Français. Les élus "considèrent que les limites du consentement à l'impôt sont atteintes" et redoutent que le "matraquage fiscal" évoqué fasse le lit du Front national.

Le rapport parle même de "choc psychologique" pour "des foyers jusque-là non imposables". Selon les préfets, "la menace de désobéissance fiscale" est même "clairement brandie". Autre thème mis en avant par la note confidentielle : la sécurité. L'augmentation de la petite délinquance, notamment "dans des régions qui s'en croyaient indemnes", "inquiète autant que cela exaspère". Aussi les préfets soulignent-ils que "la population semble désormais prête à s'impliquer davantage dans la lutte contre la délinquance à travers des opérations comme Voisins vigilants ou Alertes commerce ".

Dernier sujet de grogne évoqué, celle des professionnels du bâtiment. Les préfets soulignent "la situation de détresse" du monde artisanal, notamment du secteur du bâtiment, qui s'estime victime d'une "concurrence déloyale" des autoentrepreneurs. La note rappelle en particulier que "dans certains départements, près de 70 % des créations d'entreprises artisanales" relèvent de ce statut, ce qui vient d'ajouter à la concurrence "low cost" d'entreprises étrangères.

Source: Le Point